Les armées africaines et le pouvoir politique au Sud du Sahara

Les Champs de Mars, 2015, n°28

Dans un contexte où le pouvoir politique peine à incarner un idéal d’État, l’ingérence des militaires n’est-elle pas une manière de participer à la formation d’un appareil d’État plus démocratique ?

Dans un contexte post-indépendances, l’Afrique sub-saharienne a constitué un terrain propice aux coups d’Etat. Si  l’armée apparaît comme une alternative, elle entretient avec le pouvoir politique une relation particulière, devenant un acteur à la fois incontournable et influent de la vie politique. Huit chercheurs se sont associés pour ce dossier des Champs portant sur les rapports entre l’institutionnalisation de l’armée et la légitimité du pouvoir politique, plus particulièrement en Guinée, au Burkina Faso, en Sierra Leone, en Afrique du Sud et au Congo. Il s’interroge sur la capacité des armées à être des négociateurs sur leurs droits et des acteurs de la régulation de l’espace politique.

Direction :

Dr. Amandine Gnanguênon

Amandine Gnanguênon est chercheure rattachée au Centre Michel de l’Hospital à Clermont Ferrand […]

Dr. Axel Augé

Axel Augé est maître de conférences à l’université de Rennes 2 et détaché aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan […]